Le collectif ICI VIE

« Les difficultés de la transition vers une économie durable ne sont pas techniques, elles sont institutionnelles./…/ Les privilèges accordés aux lobbies et toutes sortes de rigidités accumulées pendant la période de forte « croissance » de la période de la seconde moitié du XXème siècle en sont la cause./… / La grande conférence Rio + 20, dite aussi « Sommet de la Terre » confirme cette évolution : les états ont été incapables de prendre la moindre décision significative. Par contre les associations et les collectivités locales, auxquelles se sont joints les syndicats, ont effectué un vrai travail de concertation et d’échange d’expérience. »  Thierry Gaudin, diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole des Mines, créateur du Centre de prospective et d’évaluation du Ministère de la Recherche dans L’Impératif du Vivant, Editions de l’Archipel, pages 223-224, février 2013

Le Collectif ICI VIE est à l’origine de l’Initiative citoyenne Our Living World.

Qui sommes-nous ?

Le Collectif INITIATIVE CITOYENNE POUR L’IMPERATIF DU VIVANT et de l’écologie [ICI VIE] est un mouvement d’opinion informel initié par des professionnels français du vivant (issus de l’agriculture, de l’élevage, des médecines alternatives, …), ainsi que par des citoyens, des associations et des organisations ayant des orientations similaires.

Cosignataires de la pétition et soutiens de l’action Our Living World :

  • La Confédération Paysanne
  • Nature & Progrès
  • L’Ortie, Association d’Education à l’environnement
  • ASPRO PNPP, Association qui milite pour la reconnaissance des alternatives aux pesticides
  • MIRAMAP Mouvement Inter-Régional des AMAP
  • Eric Petiot, Paysagiste, co-auteur de Purins d’ortie et compagnie
  • Thierry Thevenin, Producteur de plantes, herboriste, porte-parole du syndicat SIMPLE
  • Guy Kastler, chargé de mission à N&P et délégué général du Réseau Semences Paysannes
  • Philippe Labre, docteur vétérinaire, auteur de Santé en Elevage Durable ou Biologique
  • Raoul M. Jennar, Essayiste, auteur de Europe, la Trahison des Elites
  • Christophe Bonneuil, chercheur au CNRS, co-auteur de Gènes, Pouvoirs et Profits
  • Camille Ristori, docteur en génétique, ancien chercheur au CNRS, agricultrice-éleveuse en AB
  • Alain Boutonnet, docteur vétérinaire homéopathe
  • Cécile Albert, docteur en écologie, chercheur au CNRS
  • Groupement des Agrobiologistes de l’Yonne (GABY)
  • Agribiodrome, Groupement des agriculteurs biologiques de la Drôme
  • Adabio, Association de développement de l’agriculture biologique dept 01, 38, 73, 74
  • BLE, CIVAM Bio Pays Basque
  • MADB, Mouvement de l’Agriculture BioDynamique
  • APABA, les éleveurs bio de l’Aveyron
  • Ainsi que les éleveurs suivants : Jean-Marie Bompard, éleveur de brebis Mourerous en AB, Rhône-Alpes – Gilles charbonnier, éleveur laitier en agriculture biologique, Pays de Loire – Anne Duperron, Chèvrerie des Barrettes, Rhône-Alpes – GAEC du Roucadel, élevage bovin lait en bio, Midi-Pyrénées – Olivier Hutter, éleveur de chèvres et transformation fromagère, Rhône-Alpes – GAEC Les Fleurs Bio, Vaches laitières et production de Salers, Auvergne – Magali Chambaud, ferme équestre et élevage de chevaux, Aquitaine – Virginie Cosnay, éleveuse de brebis de race Tarasconnaise en AB, Aquitaine – Sabine Bourgois, éleveuse de vaches laitières en AB, Midi-Pyrénées – Nathalie et Alexandre Riaboff, Eleveurs Ovins en AB, Bourgogne – Philippe Roux, éleveur de vaches laitières, Auvergne – Jacques Cauchard, producteur de volailles et d’escargots, Rhône-Alpes – GAEC de la Fontaine, Eleveur de brebis laitières en AB depuis 1994, Rhône-Alpes – Marie-Christine Guy, élevage de brebis, Rhône-Alpes – Gaec du Coumbal, éleveurs de brebis laitières, Midi-Pyrénées 

Quels buts poursuivons-nous ?

Le collectif ICI VIE souhaite canaliser et dynamiser l’opposition citoyenne concernant les atteintes au Vivant et la remise en question de son inaliénabilité par les pouvoirs publics. La prise de conscience de ces problèmes s’étend largement et profondément dans la population européenne. Cette opposition, exprimée par le canal de nombreuses associations de défense des produits naturels et de l’écologie, n’est pas prise en compte par les décideurs politiques européens ou nationaux quand les intérêts industriels et la compétitivité économique sont en jeu.

Parmi les citoyens européens, le sentiment qu’on marche sur la tête, que l’on nous impose exactement l’inverse de ce qui est nécessaire est de plus en plus répandu, mais cette constatation est souvent faite avec résignation et fatalisme.

Nous souhaitons, par l’initiative citoyenne OUR Living World, donner la parole et la légitimité aux professionnels de l’agriculture et aux citoyens dépossédés de leurs besoins et de leur avenir, et le pouvoir d’infléchir des décisions imposées de force par les pouvoirs publics, contraires à l’intérêt général, à la demande sociétale et aux impératifs du vivant. (Voir la page L’impératif du Vivant)

Le bouleversement accéléré de nombreux paramètres fondamentaux permettant ces équilibres est une préoccupation croissante des scientifiques indépendants, des professionnels et des citoyens. Les pouvoirs politiques ne peuvent ignorer ou légiférer contre les impératifs du vivant, qui ne sauraient être soumis aux raisonnements juridiques, surtout quand ceux-ci ne défendent pas l’intérêt général et ne sont pas conformes aux besoins vitaux, sanitaires et écologiques des populations et des générations futures.

Face au vivant naturel inaliénable, les lobbies et les pouvoirs publics tentent d’imposer le vivant artificiel, industriel, normalisé et breveté, qui ne prend pas en compte les impératifs et les équilibres du vivant.

Le collectif Initiative Citoyenne pour l’Impératif du Vivant demande la prise en compte par les pouvoirs publics européens ou nationaux des axes suivants :

  1. Le refus de l’appropriation du vivant, de la confiscation de ses ressources, des réglementations disproportionnées et de la norme industrielle concernant le vivant.
  2. Le droit à la libre utilisation des produits vivants ou d’origine vivante, sauf s’ils sont préoccupants, rares ou protégés.
  3. La liberté des pratiques naturelles de santé, et un accès facilité aux produits de santé naturels non préoccupants.
  4. Un statut spécifique simple et accessible pour les plantes médicinales d’utilisation traditionnelle et populaire, différent de celui du médicament monomoléculaire.
  5. Le refus de la spoliation des ressources naturelles d’utilisation traditionnelle ou populaire agricoles, alimentaires, médicinales ou génétiques, qui doivent rester inaliénables et en dehors du champ de la propriété intellectuelle ou industrielle.

[Aller à La Pétition]

Contact : icivie@ourlivingworld.eu

Site réalisé sur le logiciel libre WordPress par Angélina, Sylvain, Philippe, Matthew